Braque Saint-Germain

Standard FCI Nº 115

Origine
France
Groupe
Groupe 7 Chiens d'arrêt
Section
Section 1.1 Chiens d’arrêt continentaux, type « braque »
Epreuve
Avec épreuve de travail
Reconnaissance à titre définitif par la FCI
jeudi 16 décembre 1954
Publication du standard officiel en vigueur
mardi 01 août 2023
Dernière mise à jour
mardi 19 septembre 2023
In English, this breed is said
Saint-Germain Pointer
Auf Deutsch, heißt diese Rasse
St Germain Vorstehhund
En español, esta raza se dice
Braco Saint-Germain
In het Nederlands, wordt dit ras gezegd
Braque Saint-Germain

Utilisation

Chien d’arrêt principalement utilisé pour chasser la plume mais qui peut aussi chasser le poil.

Bref aperçu historique

C’est un descendant de chiens issus du croisement d’un pointer et d’un braque. La race fut créée vers 1830 dans les chenils royaux à Compiègne, puis à Saint Germain en Laye. Ce chien eut une vogue très importante jusqu’au début du 20ème siècle et fut le chien d’arrêt le plus représenté dans les premières expositions canines et notamment à la première exposition française à Paris en 1863. le club de race a été créé en mars 1913.

Aspect général

Chien médioligne aux lignes cranio-faciales parallèles ou très légèrement divergentes avec un stop moyennement accusé. L’ossature est assez forte, la musculature adaptée à un travail exigeant de l’endurance. Sa robe est de couleur fauve et blanc, sans présence de noir. En action, sa quête est d’amplitude moyenne et son galop régulier et souple.

Comportement / caractère

Chasseur avant tout, il est très sociable, équilibré, affectueux et ne supporte pas d’être brusqué au cours de son dressage. Il est au demeurant facile à dresser. Il chasse sur tous terrains avec passion, le faisan, le perdreau, la bécasse qu’il rapporte avec la dent douce. Très proche de l’homme, il apprécie la vie de famille.

Tête

Région crânienne

Crâne
Légèrement bombé, ogival à l’arrière, avec l’occiput saillant. L’arcade zygomatique est assez peu accentuée. 
Stop
Pas trop accentué.

Région faciale

Truffe
Large, les narines bien ouvertes et de couleur rose foncé.
Lèvres
Elles recouvrent complètement la mâchoire inférieure ; elles sont assez fines et ne présentent aucune tache noire.
Chanfrein
Chanfrein rectiligne ou très légèrement convexe, de même longueur que le crâne.
Mâchoires et dents
Les mâchoires sont robustes, de même longueur ; les dents sont fortes, bien rangées ; l’articulé est en ciseaux.
Palais : Aucune tache noire.
Yeux
Bien ouverts, assez grands, de couleur jaune d’or, bien enchâssés dans les orbites ; le regard est franc et doux.
Oreilles
Attachées au niveau de la ligne de l’œil, pas trop longues. Le pavillon présente un pli longitudinal. Elles sont arrondies à leur extrémité et sont légèrement détachées de la tête.

Cou

Musclé, assez long, légèrement galbé, un très léger fanon est toléré.

Corps

Dos
Horizontal.
Rein
Assez court, large, robuste.
Croupe
Légèrement inclinée.
Poitrine
Longue, haute et large. La pointe du sternum est légèrement proéminente.
Côtes
Longues et cintrées.
Flanc
La poitrine étant longue, le flanc est court.
Ligne du dessous
Ventre légèrement remonté et raccordé progressivement à la poitrine, sans cassure.

Queue

Attachée assez bas, elle ne dépasse pas la pointe du jarret, est grosse à la naissance et se termine en pointe ; en action, elle est portée horizontalement.

Membres

Membres antérieurs

Généralités
Bonne ossature ; les muscles, au repos, se distinguent sous la peau.
Epaules
L’épaule est longue, oblique, musclée comme il convient pour un galopeur.
Bras
Le bras est légèrement incliné.
Avant-bras
L’avant-bras est fort, musclé, vertical.
Métacarpe
Métacarpe court, très peu incliné vu de profil.
Pieds antérieurs
Pied allongé, doigts serrés, ongles très clairs, voire blancs ; coussinets solides.

Membres postérieurs

Généralités
Perpendiculaires au sol, vus de derrière.
Cuisses
Longue et très musclée.
Jambes
Très musclée.
Jarret
Large et dans l’axe du corps.
Métatarse
Court, vertical, sec.
Pieds postérieurs
Identique à celui de l’antérieur.

Allures

L’allure normale est le galop ; il doit être souple, équilibré et pouvoir être soutenu ; son étendue est moyenne. A toutes les allures la tête est portée légèrement au-dessus de la ligne du dos, jamais en dessous. Le braque Saint Germain couvre bien le terrain, quelle que soit l’allure adoptée.

Peau

Plutôt fine.

Robe

Qualité du poil
Court, pas trop fin.
Couleur du poil
Blanc mat avec des taches orange (fauve) ; quelques truitures sont tolérées, mais non recherchées. L’oreille est fauve ; très peu de blanc est toléré mais non recherché.

Taille et poids

Hauteur au garrot
De 56 à 62 cm pour les mâles et de 54 à 59 cm pour les femelles.
Avec 2 cm en plus pour les sujets d’exception.

Défauts

• Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien et sa capacité à accomplir son travail traditionnel.
• Les défauts doivent être listés en fonction de leur gravité.

Défauts généraux

 Crâne trop large.
 Yeux petits, hagards, couleur citron.
 Oreilles rappelant celles papillotées des chiens courants.
 Croupe trop inclinée.
 Pieds écrasés ; présence d’ergots.

Défauts entrainant l’exclusion

 Sujet peureux ou agressif.
 Manque de type (tout sujet dont les caractéristiques le différencient de ses congénères).
 Présence de noir, notamment à la truffe, les lèvres, le palais, yeux (brun également éliminatoire), ongles.
 Manque de plus d’une dent, hormis les PM1, prognathisme, malposition des dents.
 Taille hors limites.

NB :

• Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
• Les défauts mentionnés ci-dessus, lorsqu'ils surviennent à un degré très marqué ou fréquent, sont éliminatoires.
• Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
• Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.

Bibliographie

http://www.fci.be/

Compléments apportés par les visiteurs

Believed to had been around during the rule of King Louis XV, the Braque St.Germain is a valued French gundog. Not many of the original Saint-Germain Pointers have survived the French Revolution, but the breed was revived through crossings with the English Pointer, as well as a variety of suitable Gascony hounds in the 1800's. Usually employed to point and retrieve game on dry land, the modern Saint-ermain Pointer is also a popular gundog and a common family companion. This is generally a calm and reliable breed, but it needs early socialization and gentle handling, due to its somewhat skittish personality. The Saint-Germain Pointer's legs are long and stable, its neck is strong and the body is lean and muscled. The coat is short, smooth and flat, always white with patches of fawn or orange shades. Average height is around 23 inches.

Historique détaillé

Contrairement à celles de beaucoup de races canines, nous connaissons de façon précise les origines du Braque Saint Germain : elles remontent à la première moitié du XlXe siècle. Charles X, roi de France de 1824 à 1830, était particulièrement épris de chasse et possédait des Braques qui descendaient de lignées célèbres depuis Louis XV, dont certains sujets sont parvenus jusqu'à nous grâce aux tableaux du peintre Jean-Baptiste Oudry (1686 - 1755), notamment celui qui représente la fameuse « Blanche », une des lices des chenils royaux.

A la demande de Charles X, le comte de Girardin, grand veneur du roi, rapporta deux Pointers d'Angleterre, vraisemblablement dans le dessein d'améliorer les qualités des Braques. Voici ce que dit M. de La Rue de ces deux « pur-sang », baptisés Miss et Stop, avec lesquels il eut d'ailleurs l'occasion de chasser : « Ils étaient à taches jaunes (blanc et orange), de grande taille, levrettés, les oreilles attachées un peu haut, le palais et le nez noir; le front chez la chienne était d'une finesse extrême; bref, ces deux types avaient une grande élégance et une incontestable distinction, Miss était alors bien supérieure à nos Braques et à tous nos chiens de pays. »

A la chute de Charles X, en 1830, les deux Pointers revinrent à M. de Larminat, un inspecteur des Eaux et Forêts attaché à la forêt de Compiègne. Stop mourut peu après, sans laisser de descendance, mais Miss fut conduite dans les chenils du comte de L'Aigle, à Tracy, pour y être saillie par un très beau Braque blanc et marron répondant au nom de Zamor. Sept chiots (demi-sang) naquirent de cette union, lesquels, selon le marquis de Cherville, avaient « une robe blanche et orange, accompagnée parfois de mouchetures ». Quatre de ces chiots furent confiés à des employés de la forêt de Compiègne, qui furent bientôt affectés à la forêt de Saint-Germain. C'est ainsi que ces chiens, qui avaient déjà acquis une certaine renommée, prirent le nom de chiens de Saint-Germain.

Il est probable, toutefois, que la race Braque Saint Germain n'est pas exclusivement issue des chiots de Miss et de Zamor, d'autres demi-sang nés de Braque blanc et marron et de Pointer blanc et orange ayant également reçu ce nom. Ce qui est certain, c'est que le Braque Saint Germain connut le succès dès le second Empire, et que nombre de sujets furent présents dans les chenils de Napoléon III, grand amateur par ailleurs de chiens courants anglais. C'est à cette époque, également, que l'on infusa un peu de sang de Braque Saint Germain à un type de vieux Braque Français, le Braque de l'Ariège (appelé aussi Braque de Toulouse), afin d'en améliorer la race. Certains auteurs ont même pu affirmer que M. de Morteau, lorsqu'il se retira dans son château de Molestrol dans l'Ariège, croisa des Braques Saint Germain qu'il avait emmenés avec lui à des Braques locaux, ce qui donna naissance aux Braques de l'Ariège à la robe blanc et orange si caractéristique.

Dans un article paru dans L'Acclimatation en 1878, un dénommé Feuillet fit une description détaillée du Braque Saint Germain d'alors : « Il est grand, il a de 65 à 72 cm à l'épaule, un peu levretté, haut sur jambes et toujours blanc et orange sans la moindre tache noire. » Selon René Laporte, qui fut président du Club de la race, le Braque Saint Germain devait avoir peu après cette époque la taille que nous lui connaissons aujourd'hui. D'ailleurs, s'ils ne mentionnaient pas les origines des chiens engagés, les catalogues des premières expositions n'en notaient pas moins la taille. Nous savons ainsi que, entre 1880 et 1885, le Braque Saint Germain mesurait de 55 à 60 cm pour les femelles et de 60 à 65 cm pour les mâles.

Dès la création du Livre des origines français en 1885, René Laporte notait encore que la race était essentiellement élevée en consanguinité, par le principal éleveur, M. Bathiat-Lacoste, qui y enregistra ses premiers chiens : Médor, Diane, Fox, Miss, puis son plus bel étalon, Fox IV. C'est toutefois à cette époque que, selon certains cynophiles, le Braque Saint Germain revint vers un type nettement plus continental, tant dans son aspect ; plus petit, un peu « rondouillard », précisa même A.-L. Blatt ; que dans son style de travail ; notamment une quête plus courte. Quelques années plus tard, toujours selon René Laporte, on recourut à nouveau au sang Pointer, ce qui permit d'arriver à un équilibre entre les qualités continentales et britanniques. Ainsi, M. Duval, un éleveur parisien, procéda à des croisements systématiques: sa chienne Mica fut accouplée à Ploff, un étalon très « pointérisé »; leur fils, Star II de l'Etoile, saillit aussi bien des chiennes Braques que des chiennes Pointers. Enfin, le célèbre éleveur fit appel à plusieurs reprises à un superbe étalon Pointer du chenil du jardin d'Acclimatation, nommé Eldon-Don. Quant à la championne d'avant la Première Guerre mondiale, Jilt des Yvelines, elle descendait par son père, Byrrh II de l'Etoile, de Mica et de Ploff.

Peu avant la Grande Guerre, le Club du Braque Saint Germain fut créé et rapidement reconnu par la Société centrale canine. Quoique lourdement affectée par la guerre, la race résista mieux que certaines autres races de chiens d'arrêt, et, même si, à l'aube des années vingt, bien des traditions se trouvèrent fondamentalement bousculées, parmi lesquelles la chasse à la française, alors que l'anglomanie faisait rage dans les milieux cynophiles, à aucun moment le Braque Saint Germain ne faillit disparaître. Sans devenir vraiment populaire, il fut très apprécié de la plupart des spécialistes. Certes, comme le précisait de Kermadec, « il lui manquait d'être tout à fait étranger », ou d'être vraiment polyvalent, à une époque où le nombre des chasseurs qui avaient les moyens de posséder plusieurs types de chiens, suivant qu'ils allaient en plaine, dans les bois ou au marais, était en régression.

On reprocha également à la race son manque de rusticité, ce qui est exagéré, même si sa peau fine, sa queue non écourtée (dans les milieux cynégétiques, on l'appelle parfois le Braque à queue longue) sont un peu fragiles, il est vrai, en terrains broussailleux. On lui a encore trouvé une tendance à l'obésité. Précisons tout de même pour sa défense que les connaissances nutritionnelles étaient à l'époque très rudimentaires. En réalité, pour acquérir la notoriété pendant l'entre deux guerres, il a peut-être manqué au Braque Saint Germain d'être mieux diffusé en dehors du Bassin parisien. Mais cette période fut aussi celle de tous les excès pour ce qui concernait le recours au Pointer, à tel enseigne qu'un juge anglais visitant une exposition parisienne dans les années vingt et passant devant un sujet inscrit dans une classe Braque Saint Germain se serait exclamé en le voyant : « Voilà le meilleur Pointer que j'ai vu aujourd'hui. »

Si le Braque Saint Germain n'a pas l'étendue de la quête du Pointer, sa vitesse ou ses arrêts, que l'on pourrait qualifier de cataleptiques, son nez n'en est pas moins très subtil, ses allures très soutenues et stylées. D'ailleurs, le marquis de Cherville, il y a près d'un siècle et demi, soulignait que les premiers chiens de Saint Germain étaient « très précoces, arrêtaient presque tous à six mois ». Plus tard, on lui trouvait toujours d'éminentes qualités : « Il quête au galop, évente de très loin, arrête ferme, souvent couché ou rampant, sa pose est des plus gracieuses. Il rapporte majestueusement et il est facile à dresser. » Pour Paul Mégnin, « il était l'aristocrate des chiens, le Brummel des chiens de chasse. Il forme une famille très belle, très distinguée, tout à fait élégante, c'est presque un chien de dame, tant il est joli, caressant et gracieux. En chasse, il est très intelligent et très docile, il a la quête restreinte ou longue au gré de son dresseur ». Et Mme Clergeau, il y a quelques années, concluait : « En réalité, tel qu'il est maintenant, défini et produit par quelques éleveurs consciencieux, c'est un collaborateur des plus intéressants. Agréable chien de plaine, apte à se débrouiller partout où les autres Braques trouvent à s'employer, supportant bien la chaleur, ayant meilleur nez que beaucoup et un joli style d'arrêt et d'allure, le Saint Germain possède des qualités précieuses, propres à attirer les amateurs. » L'abbé Godard lui-même ne comprenait pas les raisons pour lesquelles la race n'était pas mieux représentée dans l'Hexagone: « Il est étonnant que ce chien ne connaisse pas plus de développement, compte tenu de ses allures et de son style », à quoi K.-G. Le Moing ajoutait: « Il devrait être plus répandu en milieu chasseur. »

A toutes ces qualités de chien de chasse que des générations de spécialistes signalèrent dans leurs écrits ou commentaires s'ajoutent encore celles de chien de compagnie. A la chasse donc, comme à la ville, pourvu qu'il ait la possibilité de prendre régulièrement de l'exercice pour assouvir ses exigences sportives, le Braque Saint Germain, au demeurant typiquement français, mérite d'être apprécié aussi bien des amateurs à la recherche d'une certaine originalité que de tous ceux qui ont besoin d'un auxiliaire sur lequel ils puissent compter.

Aucun commentaire

Pas de commentaires

Personne n'a encore publié de commentaire.

Les derniers articles mis à jour

  • Havachin -- Bichon havanais X Epagneul japonais

    Havachin Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Bassin méditerranéen occidental <> Chine -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Havachin Le Havachin est un chien hybride, un charmant mélange de Bichon havanais et de l'Epagneul japonais. C'est un chien de taille petite à moyenne, caractérisé par sa nature calme et...
  • Border-Aussie -- Border Collie X Berger australien

    Border-Aussie Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Aussieollie Australian Collie Dog Brève présentation du Border-Aussie Le Border Collie et le Berger australien partagent de nombreuses similitudes, deux races extrêmement intelligentes et...
  • Bo-Dach -- Boston Terrier X Teckel

    Bo-Dach Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine U.S.A. <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Bo-Dach Le Boston Terrier et le Teckel ont tous deux une apparence unique et distinctive, tandis que leur progéniture, la Bo-Dach, peut varier en apparence. En général, ce sont des petits chiens robustes avec de...
  • Affenchon -- Affenpinscher X Bichon à poil frisé

    Affenchon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Allemagne <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Affenchon Le chien Affenchon est un mélange entre l'Affenpinscher et le Bichon à poil frisé. Ces deux chiens étant de petite taille et ne perdant pas beaucoup de poils, votre Affenchon sera le même...
  • Zuchon -- Shih Tzu X Bichon à poil frisé

    Zuchon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Tibet <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Shichon Teddy Bear Shichon-Teddy Bear Tzu Frise BichonTzu Rag Doll Shih-Chon  Brève présentation du Zuchon Le Zuchon est un petit chien à l'allure d'ours en peluche qui remplira votre vie d'amour. Son...
  • Yorwich -- Yorkshire Terrier X Norwich Terrier

    Yorwich Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Yorwich Le Yorwich est un petit chien hirsute qui résulte du croisement d'un Yorkshire Terrier et d'un Norwich Terrier. Le poids de cet hybride varie entre 2,5 et 3,5 kilos, et sa taille est de 23 à 25,5 centimètres...
  • Yorkinese --Yorkshire Terrier X Pékinois

    Yorkinese Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Chine -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Yorkinese Tout comme ses races parentes, le Yorkshire Terrier et le Pékinois, le Yorkinese est un petit chien doté d'une énorme personnalité et du poil qui va avec. Contrairement à de nombreuses autres races de...
  • Yorkillon -- Yorkshire Terrier X Epagneul nain continental

    Yorkillon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> France et Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Yorkillon Beauté, grâce et beaucoup de mignonnerie, le Yorkillon est un chien que vous voudrez garder à vos côtés pendant longtemps. Il a du style, de la classe et beaucoup de culot, mais vous le...
  • Yorkipoo -- Yorkshire Terrier X Caniche

    Yorkipoo Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Yoodle Yorkapoo Yorkerpoo Yorkiepoodle Yorkiedoodle Brève présentation du Yorkipoo Avec le pedigree d'un showman et le cœur d'un vrai compagnon, le Yorkipoo a fait des vagues en tant que chien de conception qui convient parfaitement à tous ceux qui...
  • Yorkie Russell -- Yorkshire Terrier X Jack Russell Terrier

    Yorkie Russell Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Australie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Yorkie Russell Mélange vivant de deux des plus anciens Terriers de travail d'Angleterre, le Yorkshire Terrier et le Jack Russell Terrier, le Yorkie Russell est un petit chien énergique doté d'une grande...
  • Yoranian -- Yorkshire Terrier X Spitz Toy / Pomeranian

    Yoranian Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Allemagne <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Yorkie Pom Brève présentation du Yoranian Le Yoranian est un mélange hybride. On le désigne souvent sous le nom de Yorkie Pom. Ce petit chien ne mesure que 15 à 25,5 centimètres au niveau des...
  • Yo-Chon -- Yorkshire Terrier X Bichon à poil frisé

    Yo-Chon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Yo-Chon Un croisement de Yorkshire Terrier et de Bichon frisé, le Yo-Chon est un petit chien vif à la personnalité amusante. Ils s'épanouissent autour des gens et ne souhaitent pas passer trop de temps...
  • Westiepoo -- West Highland White Terrier X Caniche

    Westiepoo Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Westiedoodle Wee-Poo Brève présentation du Westiepoo Petit, adorable et trop mignon pour les mots, le Westiepoo est l’un des chiens de croisement spécifique d’origine et est maintenant un choix...
  • Chien de Berger gallois

    Chien de Berger gallois Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Royaume-Uni Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Welsh Collie Ci Defaid Cymreig Brève présentation du Chien de Berger gallois Le Chien de Berger gallois est une race rare qui existe sous une forme ou une autre depuis au moins 800 ans. Conservé presque...
  • Welsh Hound

    Welsh Hound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Royaume-Uni, U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Welsh Foxhound Welsh Bytheuad Brève présentation du Welsh Hound Comme son nom l'indique, le Welsh Hound est un chien de chasse très attaché au pays de Galles. Véritable chien de chasse, le Welsh Hound est une race de...
  • Weimardoodle -- Braque de Weimar X Caniche

    Weimardoodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Allemagne <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Weimarpoo Weimaranerpoo Weimaranerdoodle Brève présentation du Weimardoodle Le Weimardoodle est un chien hybride qui a été développé en croisant un un Braque de Weimar avec un Caniche. Ils sont de...
  • Weeranian -- West Highland White Terrier X Spitz Toy / Pomeranian

    Weeranian Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Pom Westie Weeranian Terrier Brève présentation du Weeranian Le Weeranian est un chien hybride. Ses races parentes sont le West Highland White Terrier et le Spitz Toy / Pomeranian. C'est un petit...
  • Wee-Chon -- West Highland White Terrier X Bichon à poil frisé

    Wee-Chon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Highland Frise Westie Bichon Westion Brève présentation du Wee-Chon Le Wee-Chon est un petit chien à l'allure d'ours en peluche issu du croisement d'un West Highland White Terrier avec un...
  • Vizsla Staff -- Braque hongrois à poil court X Staffordshire Terrier Americain

    Vizsla Staff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Hongrie <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Vizsla Staff Le Vizsla Staff est le résultat d'un croisement entre le Braque hongrois à poil court et le Staffordshire Terrier Americain. C'est un chien athlétique avec beaucoup d'énergie et une personnalité...
  • Vizmaraner -- Braque hongrois à poil court X Braque de Weimar

    Vizmaraner Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Hongrie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Vizmaraner Le Vizmaraner est un chien magnifique issu d'une longue lignée d'ancêtres chasseurs et trappeurs. Son poil court et lisse lui permet d'apprécier l'eau, tandis que sa dévotion et sa loyauté...
  • Ratier basque

    Ratier basque Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Espagne Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Ratier basque Le Ratier basque est insaisissable comme un fantôme, non substantiel comme une ombre. Et ce n’est pas seulement une licence poétique, car ce chien de travail jadis commun se trouve maintenant dans un état critique de...
  • Texas Heeler -- Bouvier australien X Berger australien

    Texas Heeler Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Australie <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Texas Heeler Le Texas Heeler est un chien hybride. Ses races parentes sont le Bouvier australien et le Berger australien. C'est un chien amical, mais il est aussi très protecteur envers sa famille. Plus important...
  • Terri-Poo -- Terrier australien X Caniche

    Terri-Poo Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Australie <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Terri-Poo Ce chien de conception est une création mignonne issue du croisement d'un Terrier australien avec un Caniche. Comme le Caniche existe en trois tailles (jouet, miniature et standard), la taille du...
  • Stephens Cur

    Stephens Cur Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Stephens Stock Mountain CurStephens StockStephens Stock Cur Brève présentation du Stephens Cur Le Stephens Cur est un chien de chasse à l'odeur de poids moyen atteignant entre 20 et 25 kilos. Originaire du sud-est du...
  • Saint Berdoodle -- Chien du Saint-Bernard X Caniche

    Saint Berdoodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Suisse <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Saint Berdoodle Grande race au pelage dense et ondulé, le Saint Berdoodle est un croisement entre le calme et docile Saint-Bernard et l’intelligent et hypoallergénique Caniche. Ces gars-là hériteront le plus souvent...